Les semaines suivantes.

Allez c’est reparti on continue de vous parlez de notre petite vie quotidienne au centre d’EKL !

  • Visite du village, accueil de nouveaux enfants, enquêtes sociales :

Un jour, un lundi matin nous voyons arriver au centre 5 nouveaux enfants. Tout timidement, ils entrent à EKL car certains enfants leur font signent de la main de s’approcher.

Puis nous voyons certaines mamans arrivées à leur tour… Mais que se passe-t-il ce matin ?

Peanich nous explique que le centre peut accueillir de nouveaux enfants et que les enfants d’EKL ont dû avertir leurs copains vivant près de chez eux. Nous trouvons génial que la nouvelle circule aussi rapidement et à l’initiative des enfants du centre, cela montre pour nous le bien-être ressentie par ces enfants accueillis à EKL. Et en même temps cela prouve d’autant plus le réel besoin existant de ce type d’association dans ces zones précaires…

Peanich prend le temps d’accueillir ces enfants et leurs mamans, il les prend en photo, note quelques informations et nous explique qu’il doit faire part des situations des enfants au bureau de l’asso et qu’ils décideront s’ils peuvent accueillir tous ces enfants ou s’ils doivent faire un choix en étudiant chaque situation de vie.

Peanich poursuit l’enquête sociale en se rendant au lieu de vie des enfants pour voir leurs conditions de vie. Nous nous rendons avec lui. Nous prenons alors conscience de la taille de ce village, qui nous semblait petit mais qui s’étale au fur et à mesure que nous marchons… Nous découvrons énormément d’enfants que nous n’avions jamais vus jusqu’ici. Mais EKL ne dispose pas d’un centre suffisamment grand et ne peut malheureusement pas accueillir tous les enfants du village du Klang Leu.

Nous arrivons à la première maison simplement composée de morceau de bois en guise de mur et de la taule pour le toit et très étroite… Puis la deuxième maison, qui est plus grande et semble plus solide, toujours en bois et en taule et pour finir la troisième maison qui elle est en pierre, une maison comme on a l’habitude d’en voir chez nous !

En marchant dans ce village nous avons été interloqué par la présence à la fois de maisons extrêmement précaires, voire pour certaines un simple empilement de matériaux… et à côté de ça on trouve de grandes et belles maisons en ciment, bien fermées et isolées…

Nous questionnons Peanich sur ces différences assez extrêmes, il nous explique que certaines familles peuvent avoir ces grandes et belles maisons mais être dans une situation très précaire car c’est très souvent qu’ils ont eu une importante rentrée d’argent dû à la vente de terres par exemple… sauf qu’ils se sont retrouvés avec une somme d’argent très importante du jour au lendemain et non eu aucun accompagnement pour le gérer… et ici on ne pense pas à l’avenir donc la plupart ont dépensé absolument tout d’un coup en achetant par exemple une grande maison, une belle voiture etc… sans penser à l’après !

Petit aparté : un jour nous étions à la plage, nous discutions avec une dame, une esthéticienne ambulante qui propose des épilations au fils et des massages aux touristes présents sur la plage… Celle-ci nous explique que bientôt elle va vendre ses terres aux investisseurs chinois, elle va se retrouver avec 40 000 $. Elle nous explique aussitôt qu’avec cet argent elle va pouvoir acheter une nouvelle voiture à son frère, une maison, envoyer une partie à sa famille, partir de Sihanouk, s’acheter un local pour monter son salon d’esthétique… nous lui glissons d’essayer de garder des sous pour le futur, si ces enfants veulent faire des études, mais les économies ne sont pas une évidence.

Dans la suite de notre visite du village, Peanich nous montre certaines maisons où vivent des enfants qui viennent à EKL. Certaines de ces maisons ont d’ailleurs été construite par l’association.

Nous prenons encore une fois une claque… Il nous montre la maison d’une des enfants du centre dont la famille s’est faite expulsée il y a peu par leurs proprios (à cause de la situation économique actuelle de Sihanouk) … aujourd’hui ils vivent entre 4 murs de bois, des bâches plastiques, quelques morceaux de taule… en pleine saison des pluies… Et en côtoyant tous les jours cette adolescente au centre, jamais on n’aurait imaginé ces conditions de vie ! Elle est toujours très apprêtée, des vêtements nickels, très souriante…

Concernant les 5 enfants, ils ont tous été accueillis au centre et depuis il y a même eu 2 nouveaux. Ils viennent tous les jours, avec un grand sourire. Ce centre est un lieu ressource pour ces enfants et leurs familles, il fait du bien !

C’était fort pour nous d’avoir pu vivre et participer à ces enquêtes sociales, encore une fois on apprend tellement sur nous, sur le monde, sur l’autre en vivant ces situations qui sont tellement en décalage de notre réalité…

  • Venue de Fabienne, Florence et Olga.

Nous avons aussi eu la visite de Fabienne (la secrétaire) et Florence (la trésorière) de l’association EKL. Elles vivent toutes les deux à Singapour ainsi il est plus facile pour elles de venir 1 à 2 fois par an au centre.

Elles sont venues 4 jours. Ensemble, nous avons fait un point sur les projets que nous tenterons de mener avant notre départ.

Elles comptent aussi sur nous qui vivons au centre depuis fin avril pour être des personnes ressources pouvant apporter des informations sur les enfants, ce que l’on observe, remonter ce qui fonctionne et ce qui pourrait être revu ou supprimé… C’est très valorisant pour nous de voir que l’on nous inclut autant dans la démarche du bon fonctionnement du centre et que notre vécu a une importance !

Il y avait aussi Olga qui les accompagnaient, qui n’est pas engagé dans l’association et qui est prof de Yoga à Singapour. Une personne merveilleuse, qui a beaucoup apporté sur son court séjour aux enfants… Elle a dispensé des cours de Yoga tous les jours, c’était génial ! Pas toujours facile de canaliser tout le groupe et d’adapter le cours aussi bien aux très petits qu’aux plus grands. Olga a aussi pris du temps pour nous expliquer correctement les bonnes postures, les bons mouvements des différentes positions… C’était une super rencontre, une personne bienveillante, apaisante et très à l’écoute !

montage photo pris sur la page Facebook d’EKL

4 jours c’est très court et on a toujours l’impression de pas avoir eu assez de temps pour tout rapporter et surtout pour trouver des pistes concrètes à mettre en place. Heureusement on continue d’échanger régulièrement par mail ! C’était 4 jours très rythmés pour tous, tout le monde fut bien fatigué après !

Pour nous, cela nous a permis d’en voir encore un peu plus sur le fonctionnement interne des associations. Ce n’est définitivement pas aussi simple qu’on pouvait le penser 😉

  • Projet brossage de dents.

Voici un des projets qui nous a été confié : s’assurer de la qualité et de la régularité du brossage des enfants, petits et grands !

Pour commencer, quand Fabienne et Florence sont venues elles avaient apporté avec elles de gros sacs remplis de brosses à dent, dentifrices et savons. Du coup on s’est occupée de répartir les stocks entre les enfants.

Une fois tout le monde muni de sa nouvelle brosse à dent, nous avons mis en place le rendez-vous quotidien du brossage des dents collectif ! Et ça fonctionne au top ! ils viennent même nous chercher alors qu’on n’a à peine terminé de manger pour nous rappeler de ne pas oublier de les attendre pour le faire 😉

Après le repas du midi, nous nous rendons dans la salle de bain et c’est parti : 2 minutes de brossage de dent où on leur montre toutes les zones à bien brosser ! Et c’est à celui qui fera le plus de mousse 😉

 

  • Planning.

Projet tout simple mais très utile : refaire le planning en grand pour qu’il soit accessible aux enfants !

L’intérêt est que cela permet aux enfants d’avoir une vision sur la journée qui se déroule et les différentes activités qui changent d’une journée à l’autre. C’est aussi rassurant pour les nouveaux enfants qui ne comprennent pas toujours au début comment ça fonctionne et ce qu’ils font là !

Et cela sera un outil utile pour les futurs bénévoles, car si Peanich n’est pas là, il n’y a personne qui parle anglais 😉 (merci les bases de khmer !!!)

  • Pharmacie / rencontre du médecin.

Autre petit point, la visite chez le médecin où vont les enfants du centre et la remise en état pour la pharmacie :

Nous sommes allées avec deux employés du centre, voir le médecin chez qui sont amenés la plus part des enfants malades au centre. 

Pour nous, l’objectif de cette visite était de prendre un temps avec ce médecin pour faire une petite prévention  auprès de Mom et Peanich sur l’utilisation des médicaments, les dates de péremption et les dosages… Et ensuite d’acheter de quoi avoir une pharmacie avec uniquement des produits de base comme du smecta, un thermomètre, du doliprane, des pansements, du désinfectant etc.

Mais tout ne s’est pas passé comme prévu… Quand nous avons demandé si nous pouvions nous entretenir avec lui pour ensuite faire nos achats à la pharmacie (tenue par sa femme), il a répondu de lire les notices et que nous aurions nos réponses. Pour nous demander aussitôt quels médicaments nous voulions…

Nous avons insisté une nouvelle fois sur le fait que nous avions besoin de son aide pour faire de la
prévention avant de faire des achats… Mais il est toujours
revenu à la question de l’achat des médicaments… Bon, en clair, ce qui
l’intéressait, c’était combien d’argent on allait lui donner…

Grosse déception ! Mais on s’est quand même débrouillé et on a réussi à faire des feuilles récapitulatives anglais/khmer avec Peanich, que l’on va accroché au
dessus de la nouvelle pharmacie. 

  • Accident de moto. (RIEN DE GRAVE!)

Allez une petite anecdote… il ne nous était pas arrivé grand-chose en 8 mois, il en fallait bien une ! Le petit accident de moto le voici le voilà on peut l’inscrire sur notre liste des choses vécues au Cambodge.

Bon on en sourit maintenant car il n’y a vraiment rien eu de grave, tout va bien, 2/3 hématomes, une petite blessure au genou pour Lyly, des égratignures pour Monsieur Nay… Oui trois personnes parce qu’on était bien trois sur la moto (roooh c’est pas bien on le sait mais bon on s’accoutume des règles d’ici nous…).

Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? Et bien alors que nous allions tranquillement faire nos courses alimentaires, une charmante grosse voiture noire aux vitres teintés a soudainement eu l’envie de nous rentrer dedans, faisant tomber la moto au sol et nous par la même occasion… et puis de continuer son chemin comme-ci de rien n’était (what else?) !

Bref, les accidents ici c’est malheureusement très courant… on en a vu pas mal, des plus ou moins graves… Nous rien de grave du tout on le répète, juste de quoi raconter une petite anecdote !

 

Et voilà pour ce petit article sur la suite de nos aventures EKLienne! Mais il nous restera encore des petites choses à vous raconter 😉

Actuellement nous sommes en pleine saison des pluies et ce n’est pas la meilleure période pour les enfants… Beaucoup d’entre eux tombent malades avec cette humidité constante. Au centre nous avons eu beaucoup de cas de grosses fièvres, de toux, de grande fatigue… Nous n’avons pas été touchés par la dengue, qui est très en hausse cette année au Cambodge (tout le monde touche du bois et de la peau de singe avec nous s’il vous plaît !).

 

Une réponse sur “Les semaines suivantes.”

  1. Vous êtes de retour en France depuis hier soir mais à lire la suite du blog on vous croirait encore au Cambodge!! Désolée d’avoir pris du retard dans la lecture! mais en fait ce n’est pas si mal, on imagine encore mieux le vécu des personnes du centre et des enfants après vous avoir écouté hier soir!!
    Alors voici mes questions par écrit:
    Vous avez vu des couples khmers fonctionner pendant ces neufs mois.
    Comment avez-vous perçu la condition de la femme au Cambodge?
    les relations hommes/femmes?
    La sexualité? les tabous? la contraception? le suivi gynéco des femmes?
    je sais bien que cela n’était pas l’objet de votre voyage mais vous avez peut-être supposé des choses……en discutant avec des européens ou des khmers……
    A plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *